Sommet des Nations Unies sur les systèmes alimentaires

Pour des systèmes alimentaires inclusifs et durables

Aperçu

Visitez le site Web Lien externe vers le site Web
Rome, Metropolitan City of Rome, Italy
Fidji, Kiribati, États Fédérés De Micronésie, Nauru, Palaos, Papouasie-Nouvelle Guinée, Samoa, Îles Salomon, Tonga, Tuvalu, Vanuatu, Afrique, Amériques, Région Antarctique, Asie, Europe, Australie et Nouvelle-Zélande
Agri-entreprise, Agritech, Agriculture animale, Culture agricole, Machines agricoles, Pisciculture, Aliments et boissons, Production alimentaire, Logistique, Commerce de détail
Tous

Qu’est-ce que le Sommet sur les systèmes alimentaires ?

En 2021, M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU, convoquera, dans le cadre de la Décennie d’action pour réaliser les objectifs de développement durable d’ici à 2030, un Sommet sur les systèmes alimentaires marquant le lancement de nouvelles mesures audacieuses pour progresser dans la réalisation de chacun des 17 objectifs de développement durable, qui dépendent tous à des degrés divers de la mise en place de systèmes alimentaires plus sains, plus durables et équitables.

Destiné à éveiller le public mondial au fait que nous devons tous ensemble travailler à modifier la façon dont nous produisons, consommons et voyons les aliments, ce Sommet s’adresse à tous les habitants de la planète. Il entend être un sommet du peuple et également un sommet porteur de solutions, qui exigera que chacun(e) prenne des mesures pour transformer les systèmes alimentaires mondiaux.

Se guidant sur cinq pistes d’action, le Sommet réunira des acteurs clefs des mondes de la science, des affaires, de la politique et de la santé avec des universitaires, des agriculteurs, des membres de communautés autochtones, des organisations de jeunes, des groupes de consommateurs, des militants écologistes et d’autres parties prenantes essentielles. Ces protagonistes se rencontreront avant, pendant et après le Sommet pour susciter des modifications tangibles et positives des systèmes alimentaires mondiaux.

Quels sont les objectifs du Sommet ?

Le processus de ce Sommet vise l’obtention des résultats suivants :

  1. Produire des mesures concrètes axées sur la réalisation du Programme de développement durable à l’horizon 2030 et des progrès tangibles dans ce domaine. Le Sommet devra parvenir à recenser des solutions et des chefs de file et à lancer un appel à l’action à tous les niveaux du système alimentaire, en particulier aux gouvernements et administrations locales, aux entreprises et aux citoyens.
  2. Sensibiliser et éclairer le débat public concernant la façon dont la refonte de nos systèmes alimentaires peut tous nous aider à atteindre les objectifs de développement durable, par la mise en œuvre de réformes bénéficiant aux populations et à la planète.
  3. Élaborer des principes pour orienter les gouvernements et les autres parties prenantes comptant tirer parti de leurs systèmes alimentaires pour atteindre les objectifs de développement durable. Ces principes établiront une vision optimiste et encourageante dans laquelle les systèmes alimentaires jouent un rôle central dans la création d’un monde plus juste et durable.
  4. Créer un système de suivi et d’examen, afin que les résultats obtenus par le Sommet continuent d’engendrer de nouvelles mesures et des progrès. Ce système permettra l’échange d’expériences et de connaissances et évaluera et analysera l’incidence du Sommet.

Pourquoi les systèmes alimentaires ?

Le terme « système alimentaire » désigne la myriade d’activités menées dans le cadre de la production, du traitement, du transport et de la consommation des aliments. Les systèmes alimentaires affectent tous les aspects de l’existence humaine. Leur santé influe profondément sur la nôtre et celle de notre environnement, ainsi que sur nos économies et nos cultures. Lorsqu’ils fonctionnent correctement, ils sont en mesure de rapprocher nos familles, nos communautés et nos nations.

Or, de trop nombreux systèmes alimentaires mondiaux sont fragiles, négligés et susceptibles de s’effondrer, comme des millions de personnes à travers le monde l’ont constaté de première main durant la crise engendrée par la COVID-19. S’ils viennent à défaillir, le désordre résultant peut menacer nos systèmes d’éducation et de santé et nos économies, ainsi que les droits humains, la paix et la sécurité. Comme c’est souvent le cas, les populations déjà pauvres ou marginalisées en pâtissent le plus.

La bonne nouvelle, c’est que nous savons ce qu’il faut faire pour revenir sur la bonne voie. Les scientifiques conviennent que la transformation de nos systèmes alimentaires est l’un des outils les plus puissants pour opérer un revirement et progresser vers chacun des 17 objectifs de développement durable. La refonte des systèmes alimentaires mondiaux nous permettra également de répondre à l’appel lancé par le Secrétaire général de l’ONU en vue de reconstruire en mieux à l’issue de la crise de la COVID-19. Nous faisons tous partie du système alimentaire et, par conséquent, devons tous nous donner la main pour provoquer la transformation dont le monde a besoin.